Le questionnaire Antitube – Gabrielle Demers

Le questionnaire Antitube – Gabrielle Demers

Originaire de Lévis, Gabrielle Demers est l’une des voix les plus originales du milieu du court métrage québécois. Après s’être fait remarquer avec ses courts La ronde de minuit et Paupière mauve, elle fait présentement le circuit des festivals avec La pornographe, qui met en vedette Rose-Marie Perreault. Connaissant ses goûts éclectiques, nous voulions lui poser quelques questions sur les films qui l’ont marquée.

Ton premier souvenir de cinéma?

Entre les blockbusters du Cinéma Lido de Lévis et les films de Mission Impossible qui jouaient dans le salon chez mes parents. Mon intérêt pour le cinéma était quasi inexistant. Je préférais la photographie, je feuilletais des magazines importés d’Europe au dépanneur Vidéo Star pendant que ma mère faisait l’épicerie un commerce plus loin. Un matin, la chevelure blonde sur le boîtier dvd de Elephant a attiré mon attention, j’ai défait le velcro de la pastille numérotée et tendu 2 dollars au caissier. Cette rencontre avec le cinéma de Gus Van Sant a eu un effet immense sur moi, comme un point de non-retour. J’avais 16ans.

Une actrice ou un acteur avec qui tu aimerais travailler?

Elle n’a pas joué au cinéma mais Heloïse Letissier (aka Christine and the Queens) est l’artiste complète du moment selon moi. Elle dégage un charisme incroyable. Je la verrais bien dans un jeu plus physique à la Denis Lavant.

Aussi Golshifteh Farahani, j’adore son regard.

Un classique du cinéma que tu aimerais refaire?

Ce n’est pas un classique mais sur papier ça aurait dû l’être : Funkytown. L’appel est lancé : Gabrielle Demers veut refaire un film sur l’émergence de la scène disco de Montréal avec le même budget que Funkytown. Je vois déjà la scène où le personnage de Donald Seward enregistre Studio « B » Funk au studio de Tony Roman. (Sans mauvais jeu de mot, j’imagine bien Pier-Luc Funk sur la piste de danse).

Funkytown (Daniel Roby, 2011)

Nomme :

a. Un documentaire

Kid Sentiment, un film « gogo-vérité » de Jacques Godbout. Les plus beaux plans de la terrasse Dufferin. À voir et revoir sur le site de l’ONF.

b. Un film québécois

L’amour au temps de la guerre civile de Rodrigue Jean. La vérité au cinéma, on s’en remet jamais.

Mention spéciale à tous les films de Dolan, Lafleur et Deraspe.

c. Un film que tu veux voir ou revoir sur grand écran

Mauvais Sang de Leos Carax dans une salle de cinéma manque cruellement à ma vie et j’aimerais revoir Barbara de Mathieu Amalric. Ces deux films ont en commun un montage extraordinaire.

d. Un film que tu aimerais faire découvrir au public

Être Antitube ou le cinéma du Musée, je ferais une soirée Yann Gonzalez. La soirée serait composée de tous ses courts métrages suivi de Les rencontres d’après minuit. Ce serait chaud!

Les rencontres d’après minuit (Yann Gonzalez, 2013)

e. Un plaisir coupable

Superbad. La culpabilité se trouve dans la fréquence à laquelle j’écoute ce film.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir notre boutique d'objets promotionnels

Voir la boutique

Login


Create an Account!
Forgot Password?

Create an Account!


Username
Want to Login?

Forgot Password?