Administration du site

ANTITUBE

Cette section est utilisée par les administrateurs du site seulement. Vous devez posséder un nom d'usager ainsi qu'un mot de passe pour y accéder.

Antitube propose dans le cadre du Mois Multi 12

Battements de coeur du cinéma

( Lignes brisées - couleurs - rythmes )

Un bouquet de films extraordinaires qui ont changé le cinéma, en mettant l’accent sur sa puissance plastique. Une rétrospective élégiaque des aventuriers qui ont su souligner les attraits fondamentaux de leur art : jeux de lignes, de couleurs et de sons. Le programme fait le grand écart entre les pionniers de l’expérimental et leurs successeurs inspirés. Il s’amorce avec Len Lye, inventeur de films abstraits grattés sur la pellicule; passe par Harry Smith, inventeur d’un cinéma de couleurs et de sensations; présente le parcours malicieux de Michael Snow dans New-York, où l’attrait principal est la silhouette d’une ombre passante, filmée au rythme des peaux, frappées par Sunny Murray et soutenu par le saxophone d’Albert Ayler; montre enfin les films d’Étienne O’Leary, créateur halluciné d’un cinéma expressif, avec ses plans traversés de stries. La bande-son exprime dans ces films l’influence de la musique improvisée afro-américaine, révolution irradiant la modernité d’un feu magique. L’étrange voyage culmine avec les oeuvres récentes du montréalais Steven Woloshen, infusées aussi bien de jazz, que des films de Len Lye et de Norman Mclaren.

Cette programmation est présentée avec le Musée de la civilisation
dans le cadre de l’exposition RIFF.

Programme de l'événement

9 février 2011 / 19h30

Battements de coeur du cinéma ( Lignes brisées - couleurs - rythmes )

Partie 1

Len Lye
Color cry, 1952, 3 min, 16mm.
Particles in Space, 1979, 3 min, 16mm.
Tal Farlow, 1980, 5 min, 16mm.
Rythm, 1957, 1 min, 16mm.
Free Radicals, 1958, 4 min, 16mm.
Harry Smith
Early abstractions (1946-1952), 23 min, 16mm.
Michael Snow
New-York Eye and Ear Control, 1964, 34 min, 16mm.

Pause de 10 minutes et présentation gratuite de : Guy Glover Lining the Blues, 1939, 3 min, 16mm.

Partie 2

Étienne O’Leary
Day Tripper (1966), 10 min, bétacam.
Homéo (1967), 38 min, bétacam.
Chromo Sud (1968), 21 min, bétacam.
Len Lye
Kaleidoscope, 1938, 4 min, 16mm.
Colour Flight, 1938, 4 min, 16 mm.
Steven Woloshen
Bru Ha Ha !, 2002, 3 min, 35mm.
Ditty Dot Comma, 2001, 3 min, 35mm

Len Lye

Len Lye

Len Lye, Free Radicals, 1958, 4 min, 16mm.

Len Lye est le premier cinéaste à réaliser des films directement sur la pellicule et l’un des premiers cinéastes d’animation à avoir réalisé des œuvres en couleurs. La présente sélection de ses œuvres touche plusieurs décennies de travail, des années 1930 jusqu’à la fin des années 1970 – soit, ses toutes dernières œuvres. Faisant souvent usage de musique exotique, aborigène ou afro-américaine, cette sélection propose quelques incontournables, dont le légendaire Free Radicals. Une occasion unique de voir les œuvres sur pellicule d’un pionnier du cinéma d’animation, annonciatrices des films de Norman McLaren.

Len Lye a été classé dans le top 10 des cinéastes d’animation les plus influents par le Festival du cinéma d’animation d’Annecy.

Harry Smith

Harry Smith

Harry Smith, Early abstractions (1946-1952), 23 min, 16mm.

Considéré comme l'une des figures majeures du cinéma expérimental américain par Jonas Mekas, cinéaste et directeur de l'Anthology Film Archives à New-York, ses premières abstractions filmées sont d'une qualité visuelle époustouflante, véritables éclats de couleurs qui accompagnèrent le courant pictural expressionniste abstrait. Sorte de Mark Rothko du cinéma dans ses jeunes années, ces premières œuvres ne sont que le pan immergé d'un travail protéiforme englobant anthropologie, musicologie et occultisme. Smith a été récipiendaire du Chairman's Merit Award, lors des Grammy Awards, en 1991.

Guy Glover

Guy Glover

Guy Glover, Lining the Blues, 1939, 3 min, 16mm.

Surtout connu comme producteur à l'Office National du Film, Glover a auparavant réalisé à New-York ce film, Lining the Blues, contemporain des premières expérimentations plastiques pures ou abstraites du cinéma d'animation. Le Blues est ici le personnage principal.

Michael Snow

Michael Snow

Michael Snow, New-York Eye and Ear Control, 1964, 34 min, 16mm.

Faut-il présenter Michael Snow ? Grand ami du Mois Multi depuis ses débuts, Snow est l'un des créateurs canadiens les plus marquants des cinquante dernières années, toutes disciplines confondues. Cinéaste, musicien, peintre, sculpteur, photographe et même holographe, l'artiste propose un regard kaléidoscopique sur son temps et ses modes de représentation privilégiés. Le film New-York Eye and Ear Control est peut-être le film qui met carte sur table, en ce qui a trait à la singularité musicale et sonore qui habite son œuvre. La collaboration avec les figures tutélaires de la new thing new-yorkaise (le free jazz), au cœur des années 1960, n'y est certes pas étrangère. L'occasion aussi d'entendre l'une des meilleures bandes originales du cinéma. Prix du gouverneur général en arts visuels et en arts médiatiques. Lauréat à deux reprises du Los Angeles Film Critics Association Award (1983 ; 2002).

 Étienne O'Leary

Étienne O'Leary

Étienne O'Leary, Homéo, 1967, 38min.

Longtemps attendu, la programmation des films d'Étienne O'Leary à Québec constitue un événement en soi. Voilà enfin l'occasion de découvrir des films dont on avait perdu la trace, avant de les retrouver dans les voûtes de la Cinémathèque québécoise, en copies uniques. Plébiscité par des spécialistes français du cinéma expérimental et le Centre Georges-Pompidou, O'Leary est l'un des plus grands cinéastes québécois, dont les œuvres fulgurantes éclairent avec une sensibilité plastique acérée tous les excès et les espérances des années 1960. Réalisés pour une large part en France, les films d'O'Leary proposent un pont entre l'esthétique underground de la Factory de Warhol et les expérimentations déjantées du groupe Zanzibar et ses proches - Philippe Garrel, Pierre Clémenti, Jackie Raynal, Jean-Pierre Bouyxou, Daniel Pommereulle. Un récent disque vinyle en tirage limité reproduisant la bande-son des films d'O'Leary sera proposé à la vente lors de la projection.

Steven Woloshen

Steven Woloshen

Steven Woloshen, Bru Ha Ha !, 2002, 3 min, 35mm.

Artiste atypique dans le cinéma d'animation contemporain, le montréalais Steven Woloshen est l'un des rares créateurs actuels à reprendre à son compte une plasticité visuelle inscrite dans une généalogie allant de Len Lye à Norman McLaren, où la musique jazz ou exotique, vive et rythmée occupe un rôle déterminant dans la construction de ses films, réalisés sans caméra.

Événements à venir

Showtime! Clin d'œil à la comédie musicale - Du 25 février au 20 avril 2017 au Studio d'essai de la coopérative Méduse, au Drague Cabaret Club, au Musée national des beaux-arts du Québec et à la Ninkasi Saint-Jean

Coordonnées

Bureaux d'Antitube
640, côte d'Abraham, Québec (Québec)
Canada G1R 1A1
Téléphone : (418) 524-2113
Télécopieur : (418) 524-2176
communication@antitube.ca

Visitez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Réservations et informations

Auditorium 1 du Musée de la civilisation, 85, rue Dalhousie (Québec)
6 $ Admission générale / 4 $ Membres d’Antitube, amis du Musée et étudiant-(e)-s avec carte
Réservation: 418-643-2158

Information : 418-524-2113 / www.antitube.ca

Antitube remercie ses membres ainsi que :

Cette programmation a été réalisée grâce au soutien du Conseil des arts et des lettres du Québec, du Conseil des arts du Canada, Entente MCCCF-Ville, Les Productions Recto-Verso et le Mois Multi, le Musée de la civilisation ainsi que nos membres et collaborateurs.