Administration du site

ANTITUBE

Cette section est utilisée par les administrateurs du site seulement. Vous devez posséder un nom d'usager ainsi qu'un mot de passe pour y accéder.

Du 13 septembre au 6 décembre 2011.

Panorama des cinémas

du présent

Antitube propose un cycle de films qui offre une perspective nouvelle sur la production cinématographique contemporaine. Des oeuvres d’Asie, d’Europe, d’Amérique du Nord et du Sud nous renseignent de la sensibilité des cinéastes actuels et de la singularité de leurs points de vue.

Le «Panorama des cinémas du présent», a pour thématique et objectif la mise en valeur des lignes de forces du cinéma qui se fait aujourd'hui. Le cinéma inventif est plus que jamais décentralisé, aussi bien aux niveaux de la diffusion, des moyens de production et du soutien qu'au niveau géographique. Le cinéma québécois n'y échappe pas et nous présenterons au cours de notre programmation des films québécois en dialogue avec la nouvelle production internationale.

Des films rares, sélectionnés avec soin et souvent inédits au Québec.

*Les projections ont lieu les mardis.

Programme de l'événement

Programme 1 // 13 septembre 2011-19h30
Off route 2

Off route 2

Amanda Dawn Christie, Canada, 10 min, 2011, 35mm.

Un paysage hivernal, la contemplation du temps qui passe et au milieu de ce tableau, l'accident fatal que la caméra d'Amanda Dawn Christie, jeune cinéaste basée à Moncton, observe avec un détachement à la fois trouble et ludique.

 


Essential Killing

Essential Killing

Jerzy Skolimowski, Pologne-Norvège-Irlande-Hongrie, 2010, 83 min, voa, 35mm.

Le vrai retour aux affaires de l'un des grands cinéastes européens, trop méconnu, révélé comme scénariste de Roman Polanski au tournant des années 1960. Inspiré par le rôle de la Pologne dans l'emprisonnement d'un certain nombre de terroristes proches d'Al-Qaida, Skolimowski fait le portrait d'un homme traqué, en fuite dans le paysage enneigé, troublant et photogénique du nord de la Pologne. Un récit extrêmement physique qui s'avère un tour de force pour son acteur principal, le magnétique Vincent Gallo.

Prix du jury et du meilleur acteur à la Mostra de Venise 2010.

 


Programme 2 // 20 septembre 2011-19h30
Platform

Platform

Jia Zhang Ke, Chine, 2001, 155 min, stf, 35mm.

Marquant d'une pierre noire le cinéma contemporain, Platform raconte le parcours de la jeunesse culturelle chinoise des années 1980, avant Tienanmen. Le film s'intéresse aux moindres détails de la vie de ces jeunes participants d'une troupe de théâtre glorifiant Mao, jusqu'au milieu des années 80. L'état leur coupe alors les vivres. L'oeuvre patiente d'un réalisateur exceptionnel, au regard aiguisé et sincère, dont la plupart des films ne sont pas projetés dans son pays.

Film classé au premier rang du top 10 des années 2000 par la revue Cinema Scope.

 


Programme 3 // 11 octobre 2011-19h30
Change Over

Change Over

John Blouin et Nicolas Bilodeau, Québec, 2010, 6 min, digibeta.

Un fim surprenant qui, tout en rendant hommage au métier de projectionniste, joue sur les faux-semblants propres au médium qu'il accompagne. La distance que cela induit soulève le paradoxe du spectateur, où parfois le cinéma le regarde et l'image qui défile le ramène à sa propre vie.

En présence de John Blouin.

 


Tropical Malady

Tropical Malady

Apichatpong Weerasethakul, Thaïlande, 2004, 120 min, stf, 35mm.

Véritable bombe apparue dans le cinéma d'auteur policé des années 2000, l'oeuvre de Weerasethakul (communément appelé «Joe») dessine de nouveaux horizons pour le cinéma. L'art de la mise en scène et le goût pour le fantastique poétique - genre quasi-inexistant avant Tropical Malady -, permet de montrer la jungle thaïlandaise, en donnant accès du même coup aux confins légendaires d'une culture qui ne sépare plus la vie et la mort, l'imaginaire et le réel, ainsi que la sexualité et la peur.

Prix du jury au Festival de Cannes 2004 ;

Prix de la critique au Festival de Sao Paolo 2004.

 

Soirée présentée avec Regart, centre d'artistes en art actuel.

Programme 4 // 18 octobre 2011-19h30
Trees of Syntax, Leaves of Axis

Trees of Syntax, Leaves of Axis

Daïchi Saïto, Québec, 2009, 10 min, 35mm.

Accompagné par le violon virtuose de Malcolm Goldstein, un film exemplaire, pratiquement pictural, où la puissance des images de la nature, à la limite de l'abstraction fait corps avec le rythme des coups d'archet sur les cordes.

Le chant des oiseaux

Le chant des oiseaux

Albert Serra, Espagne, 2008, 90 min, stf, noir et blanc, 35mm.

Le catalan Albert Serra, poète aventureux, s'amuse à revisiter les mythes de la culture occidentale. Après Don Quichotte dans Honor de Cavalleria (2004), Serra suit cette fois le parcours mi-lyrique mi-loufoque des trois Rois Mages à la recherche du divin nouveau-né. Un film pince sans rire et bouleversant à la fois, pour peu que l'on s'attache à observer la puissance évocatrice de plans qui rappellent parfois l'art vidéo et l'audace extrême d'un cinéaste osant questionner aujourd'hui ce fond confus, entre le religieux et l'animal, d'où provient notre monde.

Sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs, Festival de Cannes 2008.

 

Soirée présentée avec Regart, centre d'artistes en art actuel.

Programme 5 // 1 novembre 2011-19h30
Refraction series

Refraction series

Chris Gehman, Canada, 2008, 8 min, 35 mm.

Film qui explore les perceptions optiques et les couleurs, créant des effets de lumière en mouvement inspirés par les travaux fondateurs de scientifiques qui ont étudié la réfraction : soit le mathématicien arabe du 10e siècle Ibn Al-Haytham et le scientifique anglo-saxon Isaac Newton.

La libertad

La libertad

Lisandro Alonso, Argentine, 2001, 73 min, stf, 35mm.

Comme ses contemporains Serra et «Joe», l'argentin Alonso n'aime rien de mieux que quitter la vie urbaine pour s'enfoncer dans l'inconnu, prenant place cette fois-ci dans la Pampa, à travers le portrait d'une journée dans la vie d'un jeune bûcheron. Ici, la poésie de cinéma n'est pas lyrique, absurde ou fantastique : elle naît de petites choses, de gestes vrais, d'une réalité plus grande que nature qui installe le trentenaire Lisandro Alonso dans la grande tradition des cinéastes qui savent faire de la fiction, en usant d'un matériau documentaire des plus précieux.

 


Programme 6 // 8 novembre 2011-19h30
Le rouge au sol

Le rouge au sol

Maxime Giroux, Québec, 2005, 16 min, 35mm.

L'histoire d'un homme menant sa vie en roue libre, naviguant à vue et rongé par des forces auto-destructrices. Ramené au ras des pâquerettes lors d'un trajet pour se rendre chez IKEA en compagnie de sa mère, il trouve alors l'occasion de s'écrier : «Bas les masques !».

Prix du meilleur espoir canadien en réalisation, Festival de Toronto 2005.

 


Jo pour Jonathan

Jo pour Jonathan

Maxime Giroux, Québec, 2010, 80 min, 35 mm.

Le film propose le récit de deux frères qui s'accompagnent sur des chemins des plus houleux, où l'un cherchera à rembourser la dette de l'autre en usant des mêmes moyens : ceux de la course, du pari, du risque sans calcul. Une histoire de fratrie, de liens troubles et brisés, filmée coeur battant.

Prix Gilles Carle des Rendez-vous du cinéma québécois.

En compétition, Festival du film de Locarno.

En présence de Maxime Giroux.

 


Programme 7 // 22 novembre 2011-18h30
Ce coeur qui bat

Ce coeur qui bat

Philippe Lesage, Québec, 2010, 82 min, digibeta.

Le plus récent film de Philippe Lesage inaugure ce programme double consacré au documentariste, lauréat de deux prix importants lors de la dernière édition des Rencontres internationales du documentaire de Montréal. Le film suit avec attention et beaucoup de rigueur la souffrance et le mal-être des patients dont on ausculte le coeur dans les hôpitaux. À partir d'un sujet délicat, avec une bande-son brillante, le cinéaste réussit un tour de force, soit s'approcher au plus près de ce qui anime et agite la vie humaine dans le corps et la tête.

Prix de la Cinémathèque québécoise pour la meilleure oeuvre québécoise/canadienne (RIDM 2010).

Prix Meilleur espoir Québec/Canada (RIDM 2010).

En présence de Philippe Lesage


Programme 7 // 22 novembre 2011-20h30
Pourrons-nous vivre ensemble ?

Pourrons-nous vivre ensemble ?

Philippe Lesage, Québec, 2006, 80 min, digibeta.

Pour son premier film, presque jamais présenté avant 2010, Philippe Lesage présente de façon complexe et passionnante la fracture sociale française et occidentale. Tout en faisant le portrait du sociologue Alain Touraine, intervenant sur la crise des banlieues parisiennes, il montre aussi le versant «pratique», bien réel de la vie en banlieue, prenant à rebrousse-poil les idées reçues, les préjugés, tout en opposant le discours idéologique aux affres de la vie courante.

En présence de Philippe Lesage.

 


Programme 8 // 6 décembre 2011-19h30
Le rocher

Le rocher

Étienne de Massy, Canada, 10 min, 2010, digibeta.

Un film qui développe un jeu de correspondances entre des paysages nord-américains et européens, avec le rocher Percé comme amorce et point de repère. Ici, l'inventivité visuelle alliée au goût de la contemplation n'empêche en rien les références littéraires et culturelles qui ont pris pour relief et inspiration ces mêmes paysages que le cinéaste nous montre.

Nominé au prix du Calq, lors des Rendez-vous du cinéma québécois 2011.

 


Le Quattro Volte

Le Quattro Volte

Michelangelo Frammartino, Italie-Allemagne-Suisse, 90 min, 2010, sans dialogues, 35mm.

Portrait extraordinaire du mode de vie rural en Calabre, Le Quattro Volte n'est pas un documentaire et à peine une fiction : c'est un film qui respire au rythme des gens et des bêtes qui peuplent le village dans lequel le cinéaste a arrêté sa caméra. L'infinie patience a un prix que les spectateurs reconnaîtront : celui du regard juste sur un monde que l'on croyait oublié, perdu à jamais dans un autre temps, presque médiéval. Le moindre pas d'une chèvre y semble bruisser un écho de légende. À la fois drôle et spirituel.

Sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs, Festival de Cannes 2010.

 


Événements à venir

Showtime! Clin d'œil à la comédie musicale - Du 25 février au 20 avril 2017 au Studio d'essai de la coopérative Méduse, au Drague Cabaret Club, au Musée national des beaux-arts du Québec et à la Ninkasi Saint-Jean

Coordonnées

Bureaux d'Antitube
640, côte d'Abraham, Québec (Québec)
Canada G1R 1A1
Téléphone : (418) 524-2113
Télécopieur : (418) 524-2176
communication@antitube.ca

Visitez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Réservations et informations

Musée de la civilisation
Auditorium Roland-Arpin
(85 , rue Dalhousie, Québec)
Admission générale
7 $ - 5 $ (membres d’Antitube, amis du Musée et étudiant-e-s avec carte)
Réservez : 418 643-2158
Information : 418 524-2113

Antitube remercie ses membres ainsi que :

Conseil des arts et des lettres du Québec, Conseil des Arts du Canada, Entente ville de Québec-Mcccf, Ministère de la culture, des communications et de la condition féminine, la SODEC, le Musée de la civilisation, Maxime Giroux, Philippe Lesage, John Blouin, Anne-Lise Griffon et Étienne Beaulieu.