Administration du site

ANTITUBE

Cette section est utilisée par les administrateurs du site seulement. Vous devez posséder un nom d'usager ainsi qu'un mot de passe pour y accéder.

In Suburbia : Ciné-chroniques de la banlieue

 

In suburbia est un programme de films qui met de l’avant des aspects de l'histoire et de la culture visuelle du Québec et de l'Amérique du Nord d'après-guerre (années 1940-1960). Cela, tout en investiguant le phénomène de l'étalement urbain immodéré, par une contrepartie cinématographique contemporaine. La rareté, la qualité des artisans impliqués et l’éclairage singulier que ces productions peuvent apporter à l’histoire du cinéma québécois et du cinéma actuel international ont été privilégiés. Plusieurs primeurs et découvertes vous seront offertes : un film écrit par les frères Butler du groupe Arcade Fire, sélectionné à la Berlinale en 2011 et réalisé par le cinéaste Spike Jonze, la proposition décapante d’un enfant terrible du cinéma américain (Mac and Plac, d’Harmony Korine) et un film rare et oublié, Amanita Pestilens, fantaisie toute colorée du cinéma québécois réalisée par René Bonnière et sélectionnée à la Berlinale en 1965 ! 

Programmateur invité : Sébastien Hudon

Programme de l'événement

24 janvier 2012, 19h30 : Splendeurs et misères du vide
La chasse aux logis

La chasse aux logis

Graham McInnes, Canada, 1943, 18 min, DVD.

Court métrage documentaire sur la population croissante de certaines villes industrialisées pendant la Deuxième Guerre mondiale et leurs problèmes de pénurie de logements. Dans certaines régions du Canada, de nouvelles usines ont surgi du jour au lendemain, amenant un nombre considérable de nouveaux ouvriers spécialisés. Pour résoudre les problèmes d'accès aux logis, le gouvernement dut ériger de petites maisons pour les ouvriers et leur famille.

Fire of waters

Fire of waters

Stan Brakhage, États-Unis, 1965, 10 min. 16 mm.

Inspiré d'une lettre du poète Robert Kelly adressée à ce cinéaste américain d'exception, le film joue du rapport entre l'eau et le feu, introduisant un propos magique et mythologique, à partir d'images tournées en périphérie urbaine. En jouant sur les contrastes entre images et sons, Brakhage invente une poésie cinématographique incomparable.

23 Ski-doo

23 Ski-doo

Julian Biggs, Canada, 1968, 8min, DVD.

Court métrage de fiction en noir et blanc capturant des scènes quotidiennes de la vie auxquelles nul ne participe. La caméra parcourt des scènes urbaines familières, sans l’ombre d’une âme : rues désertes et bâtisses délaissées. Pourtant, plusieurs indices laissent croire qu’il y a déjà eu vie… Tout à coup, la caméra s'attarde sur un télétype. Nous pouvons lire un message interrompu. Tout devient clair.

Suburbs of the void

Suburbs of the void

Thomas Köner, France, 2004, 13 min, mini-dv.

Réalisé à base d'images de caméras de surveillance, glanées sur des sites finlandais et retravaillé avec un effet de morphing. Le spectateur voyage sur les routes enneigées et vides avec l'arrangement sonore comme seule ligne conductrice.

In order not to be here

In order not to be here

Deborah Stratman, États-Unis, 2002, 30 min, Digibeta.

Un film à la fois malaisant et puissant réalisé à partir d'images rappelant la vidéosurveillance. Lieux désaffectés, espaces déconnectés, silences agressifs et autres paradoxes hantent le propos de cette oeuvre montrant sans compromis l'acculturation, accélérée par les lieux de transits et l'urbanisme purement fonctionnel. Malgré tout, des esprits, des fantômes, des regards sans visages semblent hanter les lieux...

Meilleur film expérimental, Ann Arbor Film Festival, 2003.


Scenes from the suburbs

Scenes from the suburbs

Spike Jonze, Canada-États-Unis, 2011, 28 min., s-t français, DVD.

Pièce maîtresse de la première soirée, écrit par les frères Win et Will Butler du groupe montréalais Arcade Fire, avec la complicité de Spike Jonze, réalisateur de Being John Malkovitch et Adaptation. Ce film, propose un conte fictionnel où une guerre civile éclate dans une cité non loin d'une zone périurbaine où de jeunes adolescents vivent le moment décisif du passage de l'enfance à la puberté. Inspiré des chansons du désormais célèbre et plus récent album du groupe, The Suburbs. Une plongée dans l'univers d'Arcade Fire et son génie créatif protéiforme, érigeant des ponts inédits entre le cinéma et la culture rock contemporaine. La banlieue s'y révèle encore une fois comme un lieu d'une étrangeté singulière: paranoïde mais sécuritaire, amie et ennemie, chargée de moments silencieux ou ineffables, mais paradoxalement envahie de la musique et la narration des frères Butler.

31 janvier 2012, 19h30 : Regards caustiques sur le voisinage
Voisins

Voisins

Norman McLaren, Canada, 1952, 8 min. 6 sec. Digibeta.

Court métrage d'animation le plus célèbre de Norman McLaren pour lequel il remporte un Oscar. Le film raconte l'histoire de deux voisins vivant dans l'amitié et le respect jusqu'à ce qu'une fleur pousse à la ligne mitoyenne de leurs propriétés. S'ensuit une querelle qui mènera les deux voisins au tombeau.

Amanita Pestilens

Amanita Pestilens

René Bonnière, Québec, 1963, 1h19 min. Digibeta.

Le plat de résistance de la deuxième soirée d' In Suburbia est un film très rare et oublié de l'histoire du cinéma québécois : Amanita Pestilens. Non seulement s'agit-il de l'un des premiers long métrage de fiction indépendant de notre cinématographie, il est aussi l'un des premiers à être tourné en couleurs et simultanément en anglais et en français. Sélectionné au Festival de Berlin, il met en vedette Geneviève Bujold dans son premier grand rôle et est réalisé par un complice de Pierre Perrault de la première heure, René Bonnière, ancien assistant d'Henri Colpi (proche du cinéaste Alain Resnais). La trame du film est délirante : un banlieusard (Jacques Labrecque), rempli d'orgueil pour sa pelouse primée dans un concours de beauté, sombre peu à peu dans la folie en apprenant que sa propriété est en fait infestée de champignons. À noter aussi, la présence de la célèbre Huguette Oligny dans l'un des rôles titres.

Quoique largement diffusé en Allemagne de l’Est et de l’Ouest depuis les années 1960, le film est demeuré méconnu au Québec. À découvrir sans faute ! 

Mac and Plac

Mac and Plac

Harmony Korine, États-Unis, 2009, 20 min, DVD.

Enfant illégitime des Trash Humpers, charge incendiaire et régressive contre la banlieue nord-américaine, réalisée par l'enfant terrible du cinéma américain contemporain, auteur de Gummo, Julien Donkey-Boy et autres Mister Lonely. Mac et Plac sont deux personnages des Trash Humpers, ces mutants de banlieue copulant avec les poubelles, adeptes de la cruauté ménagère, monstres libidineux s'agitant à la vue d'une branche morte. Entièrement tourné avec une caméra VHS, le cinéaste n'hésite pas à présenter son film comme une oeuvre récupérée à la décharge municipale. Première québécoise.

Événements à venir

Showtime! Clin d'œil à la comédie musicale - Du 25 février au 20 avril 2017 au Studio d'essai de la coopérative Méduse, au Drague Cabaret Club, au Musée national des beaux-arts du Québec et à la Ninkasi Saint-Jean

Coordonnées

Bureaux d'Antitube
640, côte d'Abraham, Québec (Québec)
Canada G1R 1A1
Téléphone : (418) 524-2113
Télécopieur : (418) 524-2176
communication@antitube.ca

Visitez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter

Réservations et informations

Musée de la civilisation
Auditorium Roland-Arpin
(85 , rue Dalhousie, Québec)
Admission générale
7 $ - 5 $ (membres d’Antitube, amis du Musée et étudiant-e-s avec carte)
Réservez : 418 643-2158
Information : 418 524-2113

Antitube remercie ses membres ainsi que :

La mesure d'aide Première Ovation, Conseil des arts et des lettres du Québec, Conseil des Arts du Canada, Entente ville de Québec-Mcccf, la SODEC, le Musée de la civilisation, Dounia Mikou de Quest Management et Charles Anthonioz pour Agnès B.