Notre mission

Créé dans la volonté de proposer aux gens de Québec une programmation annuelle d’événements cinématographiques selon une approche thématique, Antitube a depuis sa fondation comme objectif premier de mettre en valeur la variété d’expressions et de propos des images en mouvement. Ainsi, en valorisant une production artistique historiquement marquante ou présentement innovante, Antitube est reconnu comme un diffuseur de cinéma d’animation, de cinéma expérimental ainsi que de cinéma d’auteur, fictionnel ou documentaire. Il est le seul organisme dans la grande région de Québec uniquement consacré à la diffusion d’images en mouvement avec un spectre aussi large. La diffusion d’œuvres indépendantes québécoises et canadiennes, ainsi que celle d’œuvres internationales, est au coeur de sa mission. Antitube se positionne dans la ville de Québec comme un joueur culturel important, en favorisant les échanges entre le public et les artisans du milieu cinématographique.

Historique

Antitube est fondé en mars 1995 en nourrissant le projet d’établir de façon permanente à Québec un centre d’accès à la culture cinématographique. Au début de l’année 1996, l’organisme se met à programmer de façon régulière des événements cinéma et vidéo à travers la ville. En 1997, le Musée de la civilisation et Antitube établissent un protocole de collaboration, protocole renouvelé chaque année depuis bientôt 20 ans. Né dans l’ancien Mail Saint-Roch, l’organisme déménage son bureau dans la Coopérative Méduse en 1999. Il y a toujours pignon sur rue.

2009

Le début de l’année 2009 voit le départ de l’un des cofondateurs d’Antitube, Fabrice Montal, qui œuvre depuis au sein de la Cinémathèque québécoise à titre de programmateur-conservateur. Il sera remplacé au poste de directeur de la programmation par Guillaume Lafleur, qui a notamment instauré le cycle récurrent Panorama des cinémas du présent et qui occupe lui aussi aujourd’hui un poste de programmateur-conservateur à la Cinémathèque québécoise. Son successeur John Blouin, s’est quant à lui intéressé au cinéma expérimental. C’est sous sa direction artistique que des oeuvres performatives et pointues ont pu être projetées sur grand écran.

2013

La présente équipe d’Antitube a commencé à prendre forme à l’automne 2013, avec l’arrivée de Jason Béliveau au poste de responsable des communications. Rapidement, M. Béliveau accomplira des tâches liées à la programmation et à l’administration de l’organisme, avant de devenir son directeur par intérim au début de l’année 2015, après le départ de l’ancienne directrice Annie Frenette. À l’été de la même année, une nouvelle directrice au développement de projets, Catherine Pelletier, vient compléter l’équipe d’Antitube, qui fonctionne selon un mode de gestion bicéphale, à savoir que M. Béliveau et Mme Pelletier se partagent équitablement toutes les responsabilités et les tâches de l’organisme. Depuis 2017, une nouvelle responsable des communications, Noémie Brassard, a été engagée à temps partiel, ramenant l’organisme à une structure similaire à celle mise en place avant 2014.

2015

Antitube axe une partie de ses activités sur la recherche historique en proposant aux gens de Québec des programmes inédits mettant en lumière le développement de la production et de la culture cinématographique dans la ville. Une nouvelle collaboration avec le département de littérature, théâtre et cinéma de l’Université Laval et M. Jean-Pierre Sirois Trahan, professeur, a permis la tenue d’activités parmi les plus ambitieuses et courues de l’organisme (L’American Magic-Lantern Theater, Les débuts du cinéma à Québec pour les 120 ans de la première projection cinématographique dans la ville).

Depuis l’été 2015, en collaboration avec le Festival de cinéma de la ville de Québec et Spira, Antitube propose des projections estivales gratuites, s’inscrivant dans une volonté d’atteindre toujours un plus grand public, tout en préservant la qualité et la richesse de sa programmation.

ANTITUBE VOUS INTÉRESSE ?

Nos partenaires récurrents